La Letttre d’information n°24 Juin 2019

Commentaires fermés sur La Letttre d’information n°24 Juin 2019

La Lettre d’Information consacrée à nos activités 2018 est parue.

Téléchargez-la !

Lettre d’information n°24 2019

Publicités

Nouvelle publication: Les filles de Big Chief

Commentaires fermés sur Nouvelle publication: Les filles de Big Chief

Dans la série des brochures « Mémoire ouvrière. Mémoire oubliée? », nous publions le n°6: Les filles de Big-Chief (1961-1991).

112 pages largement illustrées grâce aux fonds déposés au CDHMOT (fonds CFDT, fonds G. Craipeau CGT), aux articles de presse et photos d’anciennes ouvrières.

Vous pouvez vous procurer le numéro en le commandant au CDHMOT (10 €), prévoir 3€ de port, ou en le retirant lors de nos permanences (premier lundi du mois 14h-17h) ou sur rendez-vous.

Mémoire ouvrière Mémoire oubliée ? (n°6) « Les filles de Big-Chief »

Commentaires fermés sur Mémoire ouvrière Mémoire oubliée ? (n°6) « Les filles de Big-Chief »

Une nouvelle publication du CDHMOT de 112 pages illustrées

dans la série des brochures Mémoire ouvrière. Mémoire oubliée ?

Disponible au CDHMOT ou par la poste (3 € de port en plus) à 10 €

1ère de couverture

AUTOUR DU 8 MARS JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE LA FEMME

Commentaires fermés sur AUTOUR DU 8 MARS JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE LA FEMME

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme,

le CDHMOT organise: exposition, conférence, atelier mémoire et

diaporama…en partenariat avec la Maison de Quartier Liberté

et la Médiathèque d’agglomération.

  Conférence le 8 mars à 17h30                    Médiathèque

                     Les filles de Big-Chief Maison de Quartier Liberté

 

Les filles de Big-Chief
1ère de couv (112p)

Les filles de Big-Chief
4ème de couv

 

 

Sur le blog d’Histoire sociale du CHT 1913:La guerre de la sardine en Vendée

Commentaires fermés sur Sur le blog d’Histoire sociale du CHT 1913:La guerre de la sardine en Vendée

Les Sables d’Olonne : la « guerre de la sardine » (1913)

 

Fév1par Centre d’histoire du travail

Les relations entre marins-pêcheurs et usiniers ne sont pas des relations d’ouvriers à patrons mais de vendeurs à acheteurs, voire même, d’une certaine façon, de tâcherons à donneurs d’ordre. Des vendeurs à l’esprit grégaire qui savent s’unir pour défendre leur port, leurs coutumes, leurs intérêts et leur conception du métier. La « guerre de la sardine » qui secoue la cité sablaise avant-guerre en est illustration…

Les Sables un jour de grève (1913)

Dès la fin du 19e siècle, les sardiniers sablais comprennent qu’il leur faut s’organiser en syndicat s’ils veulent résister aux prétentions des usiniers. Leur combat est double : obtenir un tarif minimum pour la marchandise pêchée et, surtout, garder la main sur la façon dont le métier évolue.
Leur ennemi, c’est l’augmentation de la production, car celle-ci ne peut avoir comme conséquence que la baisse des prix. Les industriels n’en ont cure : ils ont besoin de matières premières pour faire tourner à plein les conserveries ! C’est pourquoi ils font pression sur les marins-pêcheurs pour qu’ils motorisent leurs embarcations et les dotent de filets plus efficaces.

Autre objet de discorde : « l’abonnement », autrement dit le fait que chaque pêcheur ait un acheteur attitré. Ce système est ambivalent : d’un côté le pêcheur est assuré de vendre sa marchandise, mais de l’autre, l’acheteur peut refuser la marchandise proposée au motif qu’elle ne lui convient pas voire tirer les prix vers le bas en fonction de la conjoncture. Bref, tout est affaire de rapport de force, et régulièrement, les quais sablais sont en émoi.
Au printemps 1913, la situation se tend à nouveau. Devant le refus des pêcheurs syndiqués d’investir dans des filets tournants, les entrepreneurs décrètent le lock-out : les usines ferment et les ouvrières, bien souvent femmes ou filles de pêcheurs, se retrouvent sans travail. Rapidement, le conseil permanent d’arbitrage (une création de 1909 pour régler les différends) se réunit et parvient à un compromis assez favorable aux pêcheurs puisqu’ils obtiennent la fin de l’abonnement et la fixation d’un tarif minimum pour le mille de sardines. Mais dès le mois d’août, les fabricants renient leur signature : l’abonnement, ils y tiennent ! Alors, en riposte, le 12 août, les bateaux restent à quai : c’est la grève, une grève-éclair de vingt-quatre heures, qui se termine là-encore par un compromis qui tient plus du cessez-le-feu que de l’armistice. Car dès 1914, le conflit renaîtra, toujours pour la même raison : la modernisation de la flottille sablaise, autrement dit l’industrialisation de la pêche artisanale…

Contribution de Florence Regourd (CDHMOT Vendée)

Bibliographie : CDHMOT, 1913: la guerre de la sardine en Vendée, Mémoire ouvrière, mémoire oubliée ?, Brochure n°5, 2018, 68 p. illustrées. Pour commander ce travail, contactez le CDHMOT : cdhmot@orange.fr

Une nouvelle publication : 1913 la guerre de la sardine en Vendée

Commentaires fermés sur Une nouvelle publication : 1913 la guerre de la sardine en Vendée

 Une nouvelle publication dans la série des brochures du CDHMOT

Mémoire ouvrière. Mémoire oubliée ? n°5 2019 68p. illustrées

Disponible au CDHMOT ou par courrier (3 € de port)

Nouvelle publication du CDHMOT

Commentaires fermés sur Nouvelle publication du CDHMOT

Dans la série « Mémoire ouvrière, Mémoire oubliée », 

le CDHMOT publie:

12 JUILLET 1945 COUP DE GRISOU À FAYMOREAU-LES-MINES

 

 

Older Entries