QUAND LE LINGE CANCANE…AU LAVOIR 11 NOVEMBRE 1918

Commentaires fermés sur QUAND LE LINGE CANCANE…AU LAVOIR 11 NOVEMBRE 1918

Publicités

CAUSERIE: LES VENDEENNES DANS LA GRANDE GUERRE

Commentaires fermés sur CAUSERIE: LES VENDEENNES DANS LA GRANDE GUERRE

« Quand tout se fait petit, femmes, que vous êtes grandes! »

(Victor Hugo)

 

De grands soirs en petits matins…

Commentaires fermés sur De grands soirs en petits matins…

Conférence de Ludivine BANTIGNY

Maîtresse de conférences à l’Université Rouen-Normandie

en Histoire contemporaine

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir « tordu » le cou au mythe de la croissance et de la prospérité

pour tous des Trente Glorieuses, Ludivine Bantigny s’est attachée à

cerner les signes avant-coureurs de Mai-Juin 68 dès les années de grèves

et de tensions de 1966-1967. Elle a laissé toute sa place -centrale-

au mouvement social et ses 10 millions de grévistes pour le resituer

dans la solidarité avec le mouvement  étudiant et lui donner le sens

d’un « événement-monde » dans un cadre international et transnational.

Sans négliger la place des femmes et les enjeux politiques ni la réaction.

Passionnante conférence qui repose sur une analyse des archives glanées

dans toute la France et qui restitue, en profondeur, toute la réalité,

la complexité de « 68 »au-delà des modes et du balayage  journalistique

de certains. Une bonne manière de clore notre cycle « 68, côté province ».

La conférence, filmée, sera disponible auprès du CDHMOT.

De grands soirs en petits matins

Commentaires fermés sur De grands soirs en petits matins

1968 présentation conférence L. Bantigny

Balade contée dans le quartier des cheminots

Commentaires fermés sur Balade contée dans le quartier des cheminots

Conférence de Ludivine Bantigny

Commentaires fermés sur Conférence de Ludivine Bantigny

 Cycle Mai 68 côté province

   « De grands soirs en petits matins »

Conférence le mercredi 20 juin à 18h30

       à l’Auditorium de la Médiathèque Benjamin-Rabier 

1968 ou comment changer la vie ?

 L’événement 1968 est pétri de projets et d’inventivité, par tout ce qui a été imaginé de grand et de petit pour réellement « changer la vie » – on n’oubliera pas que ces mots étaient de Rimbaud. Faut-il parler de révolution ? L’espérance révolutionnaire irrigue en tout cas la grève avec occupations en bien des lieux, comités de quartier et comités d’action, rassemblements et assemblées. Les projets d’émancipation conçus à la faveur de ce temps en suspens expriment la société telle qu’elle est et proposent l’esquisse d’un monde différent : parfois avec humilité, par les visées modestes d’une réforme quotidienne ; parfois avec exaltation, dans l’ambition et la passion révolutionnaires.

Il importe d’y voir des utopies concrètes, lieux de pratique et de pensée perçus comme différents mais possibles, accessibles et non pas lunaires, toujours évoqués en partant du présent.

Le rêve et la grève s’avèrent complémentaires ; ils activent une créativité politique et critique.

Entrée libre et dédicace

CONFERENCE : Féministes locales d’hier

Commentaires fermés sur CONFERENCE : Féministes locales d’hier

Une cinquantaine de personnes assistaient ce jeudi à Niort

Les organisateurs

à la conférence organisée au Musée d’Agesci par l’Université

populaire du Niortais et l’association Impulsions Femmes.

Consacrée aux pionnières du féminisme ,

que furent Séraphine Pajaud, Marguerite Brunet (Martin)

et Louise Métay, dans nos régions.

Florence Regourd pour le CDHMOT et

Albéric Verdon, biographe de Marguerite Martin, ont

présenté ces trois figures de militantes et dédicacé

Les conférenciers

leur ouvrage paru chez Geste:

« 14-18: Les femmes en Poitou et en Charentes ».

Older Entries